//
you're reading...
Uncategorized

Pour le bien de la révolution, votons Nicolas Sarkozy

Contre toute attente, il est possible que je vote Nicolas Sarkozy, le seul vrai candidat du changement. Voici pourquoi.

Sauf miracle, les partis de gauche qui prônent une remise en question du dogme néo-libéral et de la monarchie élective française ne devraient pas atteindre le deuxième tour de l’élection présidentielle.

Malgré la situation calamiteuse de notre pays, il y a fort à parier que François Hollande et Nicolas Sarkozy, dont les promesses de changement n’engagent que ceux qui y croient, se partagent la part du lion lors de l’élection présidentielle à venir. On sent pourtant que Mélenchon, sa sixième république et sa volonté d’inverser le rapport de force entre travail et capital, commencent à trouver écho auprès de la population. En témoigne la marche pour la 6ème république qui a réuni environ 100 000 personnes place de la Bastille ce dimanche.

Pourtant, la volonté de changement radical de paradigme ne séduit pas encore une majorité de la population. Le dogmatisme néo-libéral mondialisé qu’incarnent les favoris à la course au trône et que les médias dominants encensent à longueur d’éditoriaux est encore injustement considéré comme naturel et éternel. On ne balaie pas 30 ans de bourrage de crâne en une manifestation !

Les Français sont encore trop accrochés au peu de confort qu’il leur reste pour risquer de tout envoyer valdinguer au nom d’un changement qui pour eux est plus synonyme d’incertitude que d’espérance. Notre frilosité à descendre dans les rues pour réclamer la fin de ce système inique et de ce foutage de gueule quotidien tient au fait que notre situation n’est pas assez dramatique. Il nous reste encore un peu d’espoir dans ce système qui nous vide chaque jour un peu plus de notre énergie et de notre humanité.

Alors que le mouvement des indignés rassemblait 200 000 personnes sur la Puerta del sol, ils étaient 2 000 place de la Bastille au plus fort du rassemblement. En plus d’autres facteurs, une différence cruciale explique selon moi la faiblesse de la mobilisation chez nous comparée à ce qui s’est passé chez nos voisins. En Espagne, le taux de chômage dépassait 40% chez les jeunes contre « seulement » 20% en France. 4/5 des jeunes avaient donc encore un emploi. Précaire, peut-être. Sans relation avec leurs qualifications ou leurs attentes, surement. Mais la peur de faire partie des 1/5 a poussé les 4/5 à se contenter de leur situation et à ne pas grossir les rangs des indignés.

Ce qui est vrai pour les jeunes l’est aussi pour le reste de la population. 10% des actifs au chômage, ça en fait encore un paquet qui peuvent vivre plus ou moins bien de leur travail. L’égoïsme et la lâcheté nous empêchent encore de nous rebeller contre un système que quelques aménagements à la marge ne pourront pas domestiquer. Alors, plutôt que de prendre le risque de tout perdre, on préfère s’accrocher au peu qu’il nous reste.

La seule chance d’assister à un réveil et à un soulèvement populaire est de voir les conditions de vie de la population se dégrader. Drastiquement. Acculés, au pied du mur, les Français n’auront d’autre choix, comme les Argentins ou les Islandais avant eux, de se détourner de la toute puissance du libéralisme et de leur corolaire, les marchés.

Nicolas Sarkozy, en cinq ans de règne, a contribué à éveiller quelques esprits embrumés par 30 ans de néo-libéralisme. La combinaison de ses cadeaux fiscaux, de la conjoncture économique déplorable et son mépris pour le peuple a fait prendre conscience à certains Français de l’urgence d’une réelle politique de rupture.

« Malheureusement », Sarkozy n’a pas bénéficié d’assez de temps pour assécher les caisses de l’État et humilier le peuple Français. Pour que la nécessité d’une insurrection apparaisse au peuple comme une évidence, il faut donc lui laisser plus de temps pour accomplir son travail de sape. Pour le succès de la révolution, votons Nicolas Sarkozy !

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :